Accueil  |  Politique |  Business & Finance  |  Accidents  |  Art et Culture  |  Sport   |   Technologie |   Nationales  |  Magharebia  |  Internationales  |  Videos


Louve morte: La Liberté en savait trop, pour la justice

   -    2017-06-19                   10 vues

Louve morte: La Liberté en savait trop, pour la justice

Le journal de police a atterri entre les mains d'un journaliste. C'est cela qui motive la démarche du procureur général fribourgeois, lequel a ouvert une procédure pénale contre inconnu pour violation du secret de fonction.

Le mercredi 14 juin, un article de «La Liberté» évoquait une perquisition menée chez le député UDC Roger Schuwey le 10 juin. Le quotidien fribourgeois y listait des objets trouvés chez lui par les agents et se référait à un journal de police qu'il a pu consulter.

Interrogé par l'ats, le porte-parole du Ministère public fribourgeois Raphaël Brenta indique qu'une procédure pénale contre inconnu a été ouverte pour violation du secret de fonction, le jour-même de la publication de l'article. Cette procédure vise la source: un employé de l'Etat ayant donné accès à ce document.

C'est une infraction poursuivie d'office, a précisé le porte-parole. L'avocat du député a par ailleurs déposé une dénonciation deux jours plus tard.

Concernant la louve elle-même, qui a probablement été empoisonnée, le rapport d'autopsie définitif prendra encore plusieurs semaines. Quant à savoir s'il s'agit bel et bien de la louve F13, le service des forêts et de la faune communiquera «en temps opportun».

Présomption d'innocence

La louve morte avait été découverte le vendredi 9 juin dans un champ. Et les cadavres de six renards, un milan royal, un chat et un blaireau avaient aussi été trouvés dans le même secteur à la même période.

Le Ministère public fribourgeois avait ensuite annoncé l'ouverture d'une procédure pénale pour délit contre la loi fédérale sur la protection des animaux. Il n'avait pas donné de précision sur le suspect, et avait rappelé que la présomption d'innocence prévaut.

Roger Schuwey, qui est aussi conseiller communal de Bellegarde, habite près de la zone où a été trouvée la louve. Et ce chasseur a eu plusieurs fois maille à partir avec la justice ces dernières années pour des méfaits envers les animaux.

Le député a donc très vite été mentionné comme suspect dans plusieurs médias. Il a confirmé à ceux-ci la perquisition de son domicile. Mais il nie son implication dans un éventuel empoisonnement de la louve. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2017, 18h49

source d'article